Musique pour la chapelle royale de Dresde (Zelenka)
parnassus.at  > Productions  > Concert

Musique pour la chapelle royale de Dresde (Zelenka)

Max Emanuel Cencic et Ronan Khalil | Ensemble Desmarest

Jan Dismas Zelenka (1679-1745) – compositeur bohémien!

Un nom bien connu du mélomane averti...et pourtant, rarissimes sont les récitals vocaux lui étant entièrement dédiés. 

Zelenka est reconnu pour son utilisation de schémas harmoniques assez audacieux pour l'époque. Il a écrit des pièces d'une exigence technique et musicale extrêmes, passant de la virtuosité déchaînée (Barbara dira effera) à des lignes mélodiques aux reflets les plus diaphanes (Agnus Dei)

Le compositeur tchèque, expatrié à Dresde jusqu'à sa mort, était estimé du grand Johann Sebastian Bach - on le surnomma même: le"Bach tchèque". Tout comme le "Cantor de Leipzig", Zelenka ne composa jamais d'opéras – ses oeuvres qui s'en rapprochent le plus sont ses 8 airs de concerts italiens ZWV 176 et la serenata Il Diamante ZWV 177; mais nous pouvons dire cependant qu'il est l'un des compositeurs "sacrés" les plus opératiques, tant sa musique semble parfois plus scénique qu'ecclésiatique. 

Il n'y a qu' à voir l'écriture de ses airs d'oratorios et motets les plus soigneusement fournis:la première partie de l'air "A che riserbano i cieli" tiré du Gesù al calvario ZWV 62 (Jésus au Calvaire) entraîne l'orchestre dans un galop sans fin, tandis que la partie centrale confronte la voix d'alto à une pureté nue décrivant ainsi l'appel de Saint Jean à Dieu, lui demandant de soulager la tristesse de Marie. 

L'air "Vicina morte" dans Il serpente di bronzo ZWV 61 implique spécifiquement les bois (hautbois et basson) – une sonorité chère à Zelenka. Quand au motet pour Nativité du Christ "O magnum mysterium ZWV 171" on pourrait y sentir une astmosphère plus recueillie.

La théâtralité reste une constante dans les trésors musicaux du compositeur. Les 4 airs en italien de ce programme ainsi que l'électrisant motet Barbara dira effera ZWV 164 représentent le style tardif de Zelenka. Ils sont d'ailleurs presque tous écrits pour le castrat Domenico Annibali (1705-1779) et illustrent un nouveau courant musical à la cour de Dresde: un style nettement plus italien suscité par l'arrivée de Johann Adolf Hasse, et des nombreux chanteurs italiens engagés. Cela força Jan Dismas à changer son style – probablement à contrecœur – en simplifiant ses structures harmoniques et en priorisant la mélodie afin de plaire à la nouvelle tendance. 

Ce dernier motet montre donc un Zelenka explosif déployant un feu d'artifice d'effets orchestraux et vocaux. La voix de Max Emanuel Cencic, à la palette expressive infinie, nous plongera dans un voyage saisissant conduit par la flamboyante musique de notre "enfant de Bohême".

Yannis François

Téléchargements

Calendrier

03 12 2017

Concert Sacred Music for the Royal Court of Dresden (Zelenka)

Konzerthaus Wien (AT)
24 03 2018

Concert Sacred Music for the Royal Court of Dresden (Zelenka)

press login

Distribution

Contreténor: Max Emanuel Cencic
Conducteur: Ronan Khalil
Orchestre: Ensemble Desmarest